L'habitat selon Abattoir

Le plan directeur d’Abattoir prévoit la (ré)organisation des activités économiques et socioculturelles sur le site d’Abattoir. Il tient également compte de la fonction résidentielle, bien qu'elle reste relativement modeste. Du point de vue urbanistique, l'habitat et surtout prévu le long de la Chaussée de Mons. La zone le long du canal n'entre pas en ligne de compte, à ce stade.

Abattoir prévoit la construction de 25 nouveaux appartements d'ici 2015. Ils seront situés à hauteur de la Chaussée de Mons, en face de la station de métro Clemenceau. Ces appartements seront construits au-dessus des magasins et constitueront une transition naturelle entre la nouvelle halle alimentaire et l'habitat existant le long de la Chaussée de Mons.

Un permis de bâtir a été délivré à cet effet en janvier 2013. La surface totale prévue pour les appartements se chiffre à 2.860 m², répartis sur quelques étages au-dessus des 600 m² d'espace de magasins au rez-de-chaussée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il avait été envisagé de faire appel à Community Land Trust pour mettre ces appartements sur le marché aux meilleures conditions. (Le principe CLT définit que seul l'appartement devient la propriété de l'acheteur, pas le terrain). CLT vient cependant de faire savoir qu'il donne la priorité à d'autres projets, à la grande déception d’Abattoir. Il subsiste pourtant un petit espoir de réaliser un projet CLT...

Le permis de bâtir de la halle alimentaire a été délivré au mois de janvier. Un autre permis concerne par ailleurs la construction de 600 m² de magasins au rez-de-chaussée, avec des appartements aux étages. Ce complexe reliera la halle alimentaire à la Chaussée de Mons. Il peut accueillir 25 appartements.

Des pourparlers étaient en cours avec CLT depuis belle lurette. Des réunions ont même été organisées l'année passée avec des associations d'épargnants intéressés par le projet CLT (voir photo). Nous regrettons vivement de décevoir ces personnes à présent et d'être dans l'impossibilité de les informer de la suite des événements.

Peut-être subsiste-t-il une chance de parvenir à un compromis avec CLT en 2014 et ne s'agit-il à ce stade que d'un report. Nous continuons d'espérer que l'opportunité se présentera de reprendre les pourparlers. Dans l'intervalle, le dossier est devenu urgent. S'il n'aboutit pas, les appartements seront réalisés par un entrepreneur que nous devrions encore sélectionner et ils seront mis sur le marché de l'immobilier d’une autre façon.

CLT offre toutefois plus d’avantages. Le fait pour l'acheteur d'être propriétaire l'implique davantage dans la gestion du site et suscite nettement plus d'engagement à garder le bien immobilier en parfait état, ce qui n'est pas forcément le cas avec des habitations mises en location.

Quoi qu'il en soit, le chantier de construction de la halle alimentaire débutera cet été.

Ce qu'est le CLT.

Le Community Land Trusts (CLT) bruxellois est agréé par la Région de Bruxelles-Capitale depuis la fin 2012. L'organisation prépare ses premiers projets dans divers quartiers. Les CLT sont des organisations qui achètent des terrains pour les gérer comme un bien commun, en collaboration avec la communauté et dans l'intérêt de celle-ci. Le système a vu le jour il y a 40 ans, aux États-Unis.

Les CLT peuvent prendre des formes multiples, mais les principes de base sont toujours les mêmes:
- Les CLT construisent des logements abordables pour les petits revenus. L'acheteur acquiert le logement en dessous du prix du marché. La différence est compensée par le trust, via des subsides ou des dons.
- Si l'occupant vend son logement, il reçoit tout ce qu'il a investi lui-même, mais seulement une fraction de la plus-value, pour que l'habitation reste accessible à des ménages qui ont de petits revenus.
- Le CLT est géré comme un bien commun. Tous les occupants peuvent prendre part à son administration. Celle-ci fait également intervenir des voisins qui n'habitent pas dans un logement CLT, ainsi que des pouvoirs publics tels que la commune ou la région.
- Le CLT peut non seulement vendre des logements, mais aussi des surfaces commerciales, des espaces pour des activités culturelles ou tout autre élément dont le quartier pourrait avoir besoin. Le CLT loue parfois des habitations.

Le système permet :
- d'offrir à des ménages à faibles revenus l'accès à une habitation abordable;
- de contribuer à des quartiers animés, sans pour autant encourager la spéculation;
- de développer des projets qui sont bénéfiques à l'ensemble de la communauté.